Rythme “feu de camp” : petite synthèse théorique et pratique à l’usage des débutants

Le rythme feu de camp à la guitare
Le rythme “feu de camp”, vous en avez certainement entendu parler. C’est un des rythmes de base les plus utilisés à la guitare, surtout en acoustique mais il fonctionne aussi très bien à la guitare électrique.

On l’appelle “rythme feu de camp” parce qu’il est très facile à utiliser par les guitaristes débutants qui peuvent très rapidement s’en servir lors de soirées entre amis, à la plage, etc.

Bien que cet accompagnement soit facile à réaliser, il ne fait pas “simpliste” à l’écoute. Il est très efficace et s’adapte à quasiment tous les morceaux en 4/4 (dont les mesures contiennent 4 noires), qui représentent la grande majorité des chansons.

C’est vraiment LE rythme à savoir jouer au début. Et, souvent, il vient naturellement dès qu’on se laisse guider par son oreille.

Il est très souvent joué au médiator mais il est parfaitement possible de le jouer aux doigts.

Si vous ne devez apprendre qu’un seul battement, c’est donc celui-là, car il pourra convenir quasiment partout (enfin presque…) ! Et quand vous le maîtriserez tel quel, vous pourrez vous amuser à l’enrichir pour en créer diverses variantes.

Essayez-le systématiquement sur toutes les nouvelles grilles d’accords que vous rencontrerez si vous n’en connaissez pas la rythmique et il y a de grandes chances que ça fonctionne.

Vous êtes pressé(e) ? Cliquez sur ce bouton pour aller directement à la partie “entraînement” :

Rythme feu de camp
Exercice d’entraînement

Dans la suite de l’article, “BAS” sera remplacé par “B” et “HAUT” par “H”.

Le rythme “feu de camp” et sa représentation

Si vous pensez ne pas connaître cette rythmique, commencez par écouter cet exemple (sans accompagnement, pour entendre seulement la guitare)…

Le battement

Le mouvement s’effectue sur une mesure à 4 temps (4 noires) et peut s’énoncer ainsi : B BH HBH.

Sur une portée, voici comment on peut le représenter…

Le battement feu de camp avec noires et croches

Petit rappel si nécessaire, des symboles indiquant le sens du coup de médiator sur une tablature ou une partition :
Symbole du sens du coup de médiator sur une tablature

Sur la portée ci-dessus, on peut voir que cette rythmique est formée d’une noire, d’une croche, d’une noire et de trois croches (les hampes des deux dernières croches étant reliées par une barre horizontale ; cette façon de représenter les croches est très fréquente et permet de rendre les partitions plus lisibles).

Si les termes “noire” et “croche” ne vous parlent pas, lisez l’article Comment indiquer la durée des notes et des silences.

Cette représentation est tout à fait correcte, mais elle n’est pas très pratique pour se repérer au niveau des temps (la mesure, comme on l’a vu, en comporte 4) et pour bien comprendre les mouvements du médiator.

Voici une autre représentation de la même rythmique où chaque noire est remplacée par deux croches liées par un arc tourné vers le bas :

Le battement feu de camp avec croches liées

Sachant que la croche dure la moitié d’une noire et que le fait de lier deux croches additionne leur valeur, deux croches liées ont donc la même durée qu’une noire, à savoir 1 temps :

Avec cette seconde représentation, il est facile :

  • d’identifier la première partie du temps, indiquée par un chiffre, et la seconde partie du temps, indiquée par un “et” (habituez-vous à compter “1 et 2 et 3 et 4 et” quand vous jouez, c’est important pour entraîner le cerveau à se repérer) ;
  • d’identifier les mouvements aller et retour du médiator : les allers se font sur le chiffre et les retours sur le “et”. Quand les croches sont liées, seule la première croche est jouée (comme pour une noire puisque deux croches liées valent une noire) ; pour la seconde croche, le médiator ne touche donc pas les cordes (le “et” sera alors entre parenthèses).

Si l’on traduit en chiffres et en “et” le mouvement, on obtient : “1 (et) 2 et (3) et 4 et”.

Le “3” est entre parenthèse car la première partie du troisième temps n’est pas jouée. Dans cet aller, le médiator ne va donc pas toucher les cordes.

Autre possibilité de représentation, très claire elle aussi car les quatre temps sont faciles à identifier, où les deux premières croches sont remplacées par une noire :

Le battement feu de camp avec noire et croches liées

C’est cette représentation qui sera utilisée dans les fichiers d’entraînement que vous trouverez plus bas.

Ces trois exemples montrent que, dans la représentation de la musique, il n’y a pas de régle figée mais différentes possibilités en fonction des critères que l’on souhaite privilégier (facilité de lecture, mise en évidence de tel ou tel aspect de la musique…).

Battement à la croche

Comme vous le voyez, que l’on gratte ou pas les cordes, on effectue systématiquement un mouvement aller le temps d’une croche puis un mouvement retour valant lui aussi une croche.

Soit 8 battements par mesure en 4 allers et 4 retours, puisque ce sont des mesures à 4 temps.

On appelle cette pulsation de base un battement à la croche.

Pour rappel :

  • 1 croche = 1/2 temps ; il y en a donc 8 dans une mesure à 4 temps.
  • 1 noire = 1 temps = 2 croches ; il y en a donc 4 dans une mesure à 4 temps. Les mesures à 4 temps sont indiquées par “4/4” ou parfois la lettre “C” au début de la partition.
Lisez aussi l’article La signature temps (ou division temporelle) pour comprendre les chiffre 4/4, 3/4, etc.

Il est important de retenir les figures rythmiques du battement “feu de camp” et de ne pas se contenter de mémoriser “B BH HBH”. Sinon, vous ne saurez jamais vraiment vous repérer sur le plan temporel. Or, il est essentiel d’avoir toujours à l’esprit la nature de la figure rythmique (noire, croche, etc.) que vous êtes en train de jouer.

Si malgré tout vous ne gardez à l’esprit que “B BH HBH”, qui a au moins l’avantage d’indiquer le sens du médiator, vous avez alors intérêt à utiliser un métronome ou à bien écouter la batterie quand vous jouez sur le morceau original. Ainsi, vous risquerez moins de perdre vos repères temporels (autrement dit de ne plus être en mesure d’entendre le chiffre ou le “et”).

Mais rassurez-vous, cela vient assez naturellement et on arrive très vite à bien “caler” le battement sur le morceau.

La suite d’accord sur laquelle vous allez jouer ce rythme “feu de camp”

C’est la fameuse suite Em | C | G | D, sur laquelle est basée, dans cet ordre ou dans un autre, une multitude de chansons (voir l’article Em, C, G, D : 4 accords magiques pour accompagner des centaines de chansons).

Il est probable que vous connaissiez déjà parfaitement ces accords, dont voici les diagrammes :

La grille d'accords Em-C-G-D

Les cases représentent les 4 mesures (il y a donc un accord par mesure).

Vous n’avez pas besoin de vous occuper des couleurs des diagrammes dans cet article, mais pour ceux que cela intéresse, en voici la signification :

  • fondamentale (la note qui donne son nom à l’accord)
  • tierce (le signe moins indique qu’elle est mineure, ce qui fait que l’accord est lui-aussi mineur)
  • quinte
Prise en main de la grille. Si vous n’avez pas encore l’habitude d’enchaîner ces accords dans cet ordre, entraînez-vous à le faire, d’abord lentement puis de plus en plus vite. N’augmentez pas le tempo tant que l’enchaînement n’est pas parfaitement fluide.

A vous de jouer maintenant !

Vous disposerez de fichiers d’entraînement audio-visuels à tempo lent et rapide, pour vous guider efficacement. Ce sont de mini-applications qui permettent différents réglages, dont nous verrons les plus utiles un peu plus bas.

Voici comment y apparaissent les 4 mesures sur lesquelles vous allez pouvoir vous entraîner…

Rythme feu de camp - Fichier d'entraînement sur Em-C-G-D - Mesures 1 et 2
Rythme feu de camp - Fichier d'entraînement sur Em-C-G-D - Mesures 3 et 4

En haut, la portée permet de visualiser les durées de notes (peu importe ici si vous ne savez la lire la valeur des notes).

Au centre, les diagrammes d’accords.

Le nombre “115” indique la valeur du tempo. En version lente, le nombre affiché est “60”.

En bas, la tablature est une autre façon de représenter les notes, très pratique pour les guitaristes puisque les lignes représentent les cordes de la guitare.

Si vous ne connaissez pas bien le principe des tablatures, vous pouvez lire l’ebook Les Tablatures de la Guitare expliquées aux Débutants

La grille est répétée 10 fois pour vous laisser le temps de vous entraîner.

A vous de jouer. Cliquez sur les boutons ci-dessous pour lire les exercices (le lecteur de tablature s’ouvrira dans une nouvelle fenêtre)…

Entraînement à tempo normal

Entraînement à tempo lent

Si vous voulez écouter seulement la guitare ou seulement l’accompagnement, cliquez sur l’icône représentant une table de mixage puis cliquez sur la coche verte pour désactiver (ou réactiver ensuite) la piste que vous ne voulez pas entendre :

Désactiver pistes lecteur partition

Si vous cliquez sur “S” (Solo), ça marche aussi, mais à l’envers : la piste cochée sera la seule lue. Vous pouvez aussi modifier les volumes via les curseurs.

Si la version lente n’est pas assez lente pour vous, vous pouvez la ralentir encore via l’icône métronome. Mais il est peu probable que vous en ayez besoin.

Voici également une version audio de l’accompagnement seul, à tempo normal et répétée 40 fois, pour vous entraîner plus longtemps :

Si vous voulez la télécharger, cliquez sur ce bouton :

Télécharger le fichier mp3

Jouer sur un accompagnement sans visuel est intéressant car cela oblige à affiner son oreille (entendre la batterie et à quel moment la basse change de fondamentale) et à battre le tempo avec son pied pour ne pas se perdre en route ! C’est facile : dans un battement “à la croche”, le pied suit exactement les mouvements de balancier du bras qui gratte les cordes (droit pour les droitiers). Autrement dit :

  • le pied descend quand le bras descend (sur le “1”, “2”, “3” ou “4”),
  • et il remonte quand le bras remonte (sur le “et”).

Changement d’accord : c’est toujours le rythme qui prime

C’est à la dernière croche (le dernier “et” de la mesure) que s’effectue le changement d’accord (puisqu’on est dans le cas de figure où il n’y a pas de changement d’accord en cours de mesure). Pour certains changements, qui nécessiteront un déplacement plus important que d’autres, vous ne disposerez pas forcément du temps nécessaire, surtout à tempo rapide. Le risque, surtout quand on débute, est de ralentir ou même de s’arrêter à ce moment-là.

Or, il est impératif de conserver coûte que coûte la régularité du battement. Entre réussir un accord et conserver le rythme, c’est toujours la régularité du rythme qu’il faut choisir, surtout quand on joue en groupe.

Mais vous avez au moins deux astuces, au choix, pour vous laisser le temps de plaquer votre nouvel accord :

  • La plus “radicale” : vous ne jouez pas les cordes à ce moment-là (cela fait donc un mouvement retour sans toucher les cordes). Cela équivaut en quelque sorte à jouer le dernier temps sur une noire au lieu de deux croches. Donc, si vous n’arrivez pas à poser un accord, n’insistez pas et passez au suivant plutôt que de ralentir ou arrêter votre battement pour tenter de réussir votre accord.
  • Celle qui est proposée dans les exercices ci-dessus : grattez à vide, c’est-à-dire sans plaquer d’accord, les 3 premières cordes (les plus fines). Pendant ce temps, votre main gauche se déplace pour prendre la position de l’accord suivant. Comme c’est le dernier temps de la mesure (mouvement vers le haut), l’auditeur ne s’attend pas à ce qu’il soit accentué. Donc, vous grattez les cordes moins fort et le son des cordes à vide passera inaperçu. Au contraire, vous accentuez bien le premier temps (mouvement vers le bas) de la mesure suivante, pour bien installer la sonorité du nouvel accord.

Ne croyez pas que ce genre de “stratagème” soit réservé aux seuls débutants. Même les guitaristes chevronnés sont obligés de s’en servir, étant donné qu’aucun d’eux n’a encore trouvé comment déplacer ses doigts sur le manche à la vitesse de la lumière !

C’est même une signature de l’accompagnement à la guitare acoustique, que notre oreille est habituée à entendre dans la plupart des morceaux. L’effet est d’ailleurs plutôt agréable à l’oreille.

Sur les tablatures ci-dessus, ces croches à vide sont représentées par trois “0” de couleur noire sur le quatrième “et” de chaque mesure.

Continuez à vous entraîner !

Essayez systématiquement de jouer cette rythmique feu de camp sur toutes les chansons que vous aimez. Cela ne marchera pas à tous les coups, mais dans une majorité de cas tout de même.

La seule chose dont vous aurez besoin : la grille d’accord. Voici quelques sites où vous pourrez la trouver pour une multitude de chansons :

Découvrez aussi d’autres rythmiques dans l’article 10 rythmiques à maîtriser pour jouer de la guitare acoustique.

Amusez-vous bien !

 

Vous aimez ? Parlez-en à vos amis !
1 Commentaire
  1. […] Rythme « feu de camp » : petite synthèse théorique et pratique à l’usage … […]

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Guitare-et-couleurs.com (depuis janvier 2003). « La guitare facile avec les couleurs ! » Publications numériques (ebooks, vidéos, mp3, guitarpro...) pour guitaristes de tous niveaux. Grâce aux couleurs, ce qui semblait compliqué devient facile et limpide. Aborder la théorie n’est plus une épreuve mais un plaisir ! Et quand on maîtrise la théorie, alors la pratique se libère…

Nous contacter

Envoyez-nous un mail pour toutes vos questions d'ordre musical, administratif ou commercial. Nous répondons assez vite en général !

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?