Pourquoi faut-il travailler vos gammes en commençant et en finissant par la tonique ?

Pourquoi faut-il travailler vos gammes en commençant et en finissant par la tonique ?

Quelle est la note de référence d’une gamme ?

Quelle est la note de référence d’une gamme, celle qui procure à l’auditeur une sensation de commencement et de fin, et aussi de repos en cours de morceau ?

C’est la tonique, bien sûr !

Dans l’assimilation d’une gamme, cette note va donc jouer un rôle primordial.

En effet, travailler une gamme, c’est avant tout apprendre à l’entendre pour être ensuite capable de la reconnaître.

C’est pour cela que vous devrez toujours partir de la tonique et terminer par elle quand vous ferez vos exercices (et le plus souvent aussi quand vous improviserez).

En effet, si vous montez la gamme à partir de la tonique, vous entendrez clairement la sonorité qui la caractérise et votre oreille se formera beaucoup plus vite.

Pour mieux entendre la tonique, vous pouvez aussi la jouer un peu plus longtemps et/ou un peu plus fort que les autres.

Des apparences trompeuses !

Si par exemple vous jouez la gamme pentatonique majeure en partant de la sixte majeure et en terminant sur elle, vous ne jouerez plus la gamme pentatonique majeure, mais la gamme pentatonique mineure.

Les schémas de la gamme pentatonique majeure sont les mêmes que ceux de la gamme pentatonique mineure, mais décalés. Prenez par exemple le schéma n°5 de la gamme pentatonique majeure (qui démarre avec la sixte de cette gamme)…

Position n°5 pentatonique majeure

… vous pouvez voir qu’il a la même forme que le schéma n°1 de la pentatonique mineure (qui démarre avec la tonique de cette gamme) :

Position n°1 pentatonique mineure

Pour ces deux schémas (pentatonique majeure et pentatonique mineure) les notes sont certes les mêmes MAIS les intervalles par rapport à la tonique sont différents (ce qui saute aux yeux avec les couleurs dites « relatives », qui représentent justement ces intervalles, comme nous le verrons plus bas).

Comme la note d’appui (la tonique) n’est pas la même et que les intervalles sont différents, la perception auditive de la gamme sera elle aussi différente.

Écoutez ce que ça donne sur cette courte illustration vidéo :

 

Qu’est-ce qui donne sa couleur sonore à une gamme ?

Ce qui donne sa « couleur sonore » à une gamme, ce ne sont pas les notes absolues qui la composent (do, ré, mi…) mais :

  • sa tonique
  • les intervalles (« distance » en tons par rapport à la tonique) qui forment sa structure. Voir par exemple cet article.

Vous devrez donc savoir repérer les emplacements de la tonique dans les motifs que vous jouez, ce qui est très facile avec les couleurs relatives, puisqu’elles sont toujours représentées par des cercles noirs, quelle que soit la tonalité.

Dans l’exemple ci-dessus, quand vous jouez la gamme pentatonique majeure de Do en commençant et en terminant par sa sixte (qui est également la tonique de la gamme pentatonique mineure de La), vous mettez en avant l’ambiance « mineure » propre à la gamme pentatonique mineure de La.

En plus de la sensation sonore produite par la tonique elle-même (qui n’est plus Do mais La dans notre exemple), vous « parcourez » des intervalles différents. Or, ce sont les intervalles qui donnent le « son de la gamme » (comme vous l’avez peut-être lu dans cet article).

Pour la gamme pentatonique majeure, les intervalles sont :

Les intervalles de la gamme pentatonique majeure

Ici la tierce est majeure et c’est pour cela que la gamme est dite majeure. Les intervalles constituant cette gamme sont les suivants :

  • tonique
  • seconde
  • tierce majeure
  • quinte
  • sixte

Alors que pour la pentatonique mineure, ce sont :

Les intervalles de la gamme pentatonique mineure

Ici, la tierce et la gammes sont mineures. On voit clairement que les intervalles constituant cette gamme ne sont les même :

  • tonique
  • tierce mineure
  • quarte
  • quinte
  • septième mineure

La tierce est donc une note très importante au sein d’une gamme ou d’un accord, en contribuant à leur « couleur », plutôt joyeuse et claire en majeur, triste et sombre en mineur (c’est surtout évident si la gamme ou l’accord sont joués seuls ; au sein d’un arrangement, cette impression peut être amplifiée ou diminuée selon le contexte).

Ce qui trompe, en particulier les débutants, c’est que les schémas de la gamme pentatonique majeure et ceux de la gamme pentatonique mineure sont identiques, mais décalés. En tout cas, en noir et blanc.

C’est pourquoi on est tenté de se dire :

« Pour jouer la gamme pentatonique majeure, il me suffit de jouer la pentatonique mineure en la décalant. »

Mais c’est une très mauvaise habitude.

Certes, les notes jouées seront les mêmes. Mais le problème, c’est que vous les jouerez une gamme majeure en ayant à l’esprit le motif et la sonorité d’une gamme mineure (ou inversement).

Or, les notes clés, celles qui apportent la sonorités propre au mineur, ne sont pas les mêmes qu’en majeur. Vous jouerez donc en n’ayant pas une réelle conscience de ce que vous faites, avec vos doigts mais sans votre oreille, et donc probablement sans mettre en valeur ces notes clés !

C’est quand même un peu embêtant d’oublier l’oreille, quand on joue de la musique, ne trouvez-vous pas ?

Grâce aux schémas en couleur, il est beaucoup plus facile de jouer les gammes en ayant clairement à l’esprit les intervalles qui les constituent.

Si vous fonctionnez comme ça, en insistant sur les toniques et aussi en prenant conscience des intervalles que vous jouez, vous verrez que, très vite, votre oreille entendra clairement les différences entre les deux gammes et que vos doigts suivront naturellement.

 

Le Pack GammesA lire pour aller plus loin…Le COLOR CAGED SYSTEM

 

 

Parlez-en à vos amis !
4 Commentaires
  1. […] Pourquoi faut-il travailler vos gammes en commençant et en finissant par la tonique ? […]

  2. Jul 3 années Il y a

    Merci pour ces explications claires !

  3. Régis 3 années Il y a

    Bonjour,
    Je connais les notes du manche des 3 cordes graves (avec parfois encore quelques erreurs).
    Je connais les 5 positions des pentatoniques (majeures et mineures).
    Si je pars en haut du manche avec la première position de la pentatonique, pas de problème ; mais si je veux partir d’une note du milieu du manche je ne sais pas quelle position il faut appliquer car j’ai du mal à me rappeler la Tonique de la position qui coincide.
    Par contre je m’aperçois que le système CAGED permet de bien situer l’accord pour la tonique et ensuite d’associer la pentatonique qui s’y rapporte (bien entendu en ayant mémorisé que l’accord X à telle fondamentale et que Tel accord correspond à telle position pentatonique).

    Ais-je raison ?
    nota : l’article ci-dessus répond partiellement à ma question et félicitation pour votre méthode sur le COLOR CAGED SYSTEM
    Salutations cordiales
    Régis

    • Auteur
      Guitare-et-couleurs 3 années Il y a

      Bonjour Régis,

      Et merci pour vos encouragements 😉

      Oui, vous avez raison.

      Pour faciliter le repérage d’un motif sur le manche, il faut savoir où se trouve la tonique de ce motif au moins sur l’une des trois cordes graves… et savoir ensuite où la trouver sur le manche.

      Si par exemple vous voulez jouer la gamme pentatonique majeure en Sol majeur, la tonique (cercle en noir) devra être un Sol.

      Tout dépend ensuite à quel endroit du manche vous souhaitez le faire.

      Si c’est vers les graves, vous pouvez utiliser le premier motif avec la tonique qui va coïncider avec Sol, donc en case 3
      sur la corde de Mi.

      Mais si vous préférez la jouer en milieu de manche, cherchez un Sol dans cette zone. Si vous prenez le Sol situé en case 5 sur la corde de Ré, alors il faudra utiliser le motif n°2.

      Ai-je répondu à votre question ?

      Bon week-end et à bientôt,
      Julien

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

Nous contacter

Envoyez-nous un mail pour toutes vos questions d'ordre musical, administratif ou commercial. Nous répondons assez vite en général !

En cours d’envoi
Guitare-et-couleurs.com (depuis janvier 2003). « Et la théorie devint plaisir ! » Publications numériques (ebooks, vidéos, mp3, guitarpro...) pour guitaristes de tous niveaux. Grâce aux couleurs, ce qui semblait compliqué devient facile et limpide. Aborder la théorie n’est plus une épreuve mais un plaisir ! Et quand on maîtrise la théorie, alors la pratique se libère…

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?