3 méthodes pour trouver des rythmiques compatibles avec une chanson

3 méthodes pour trouver des rythmiques compatibles avec une chanson
Comme vous le savez certainement, une chanson est un mélange de trois principaux « ingrédients » :

  • la mélodie
  • l’harmonie (les accords)
  • la rythmique

tout cela s’inscrivant au sein d’un style (Rock, Blues, etc.), qui oriente vers certains choix (types d’accords, façon de les enchaîner, de les jouer ; types de rythmiques ; techniques de jeu…) plutôt que d’autres.

Le problème que vous allez rencontrer, c’est que sur le web comme dans les recueils de chansons du commerce (« Je chante les tubes », « Si on chantait », etc.), la présentation des chansons se limite souvent aux paroles et aux accords, sans autre précision, notamment rythmique.

Ce n’est pas si gênant que cela ; l’important, c’est de pouvoir jouer les accords comme vous savez le faire à un moment donné : il y a donc toujours moyen de jouer quelque chose.

Néanmoins, vous aurez forcément envie d’élargir votre « vocabulaire de rythmiques ». L’objet de cet article est de vous proposer trois façons de déterminer des rythmiques compatibles avec une chanson donnée et avec votre niveau du moment.

Cet article est extrait du cours Jouez facilement des chansons à la guitare, un excellent investissement et un rapport « densité/prix » imbattable !
Jouez facilement des chansons à la guitare

Considérations préalables

Rythmique officielle ?

Nous n’allons pas parler ici de la rythmique « officielle » : pour la connaître, il vous faut simplement acheter la partition écrite par le compositeur et savoir la déchiffrer. Cela ne sera pas forcément évident si vous débutez et pas franchement utile non plus (le rapport « temps-de-travail / résultat-et-plaisir obtenu » risque de ne pas vous satisfaire !).

D’autant plus que si vous accompagnez un chanteur avec votre seule guitare, vous risquez avoir des déconvenues en reproduisant à l’identique la rythmique d’une des guitares d’un groupe :

  • soit parce que c’est une rythmique très simple, prévue pour compléter les autres instruments, et qui n’est donc pas assez riche pour une guitare seule (elle va manquer de « couleur », de « densité »)
  • soit, au contraire, parce qu’elle sera trop compliquée pour votre niveau : vous avez alors intérêt à faire plus simple (quitte à vous limiter à un accord par mesure gratté avec le pouce si vous ne savez pas faire mieux). Avant de savoir courir, vous avez d’abord appris à tenir debout, et c’était déjà une belle victoire ; pour la musique, c’est pareil : on peut se faire plaisir avec peu de choses ; donc vous n’avez pas besoin de vous forcer à courir le marathon avant de savoir marcher !

Sinon, si vous avez déjà une bonne expérience et une oreille entraînée, vous serez peut-être en mesure de décrypter et de reproduire une rythmique rien qu’en écoutant le morceau. Mais nous allons supposer que ce n’est pas votre cas !

Vous pouvez inventer une foule de rythmiques qui seront toutes appropriées

C’est donc vers une troisième voie que nous allons nous orienter : apprendre à déterminer par vous-même une ou plusieurs rythmiques compatibles avec une chanson donnée.

Oui, vous avez bien lu « plusieurs » : selon votre niveau et votre inspiration, vous pourrez en effet inventer une foule de rythmiques qui seront toutes appropriées et qui vous permettront de personnaliser votre interprétation du morceau.

C’est un point fondamental : étant donné le nombre hallucinant de chansons qui sont basées sur les mêmes grilles d’accords, il faut bien qu’il y ait autre chose pour les différencier. Et la rythmique choisie, au même titre que la mélodie, l’enrichissement des accords… contribue grandement à fonder l’identité d’une chanson.

Rythmique qui, pour une chanson donnée, n’est d’ailleurs pas nécessairement la même du début à la fin du morceau (tout en s’inscrivant la plupart du temps dans un style clairement identifié), car les musiciens n’aiment pas vraiment la monotonie (il suffit d’assister à un concert pour s’en rendre compte !). La rythmique d’un morceau est donc en général composée de différentes variations autour d’une idée centrale.

Bref, tout cela pour dire que vous allez devoir apprendre à vous « lâcher » et à découvrir VOTRE propre façon d’interpréter un morceau.

Et sachez bien que vous ne serez pas une exception : il n’y a pratiquement aucune reprise, même faite par des musiciens expérimentés, qui soit identique à la chanson originale. En concert, et même lors de nouveaux enregistrements, les compositeurs eux-mêmes modifient quasi systématiquement leur interprétation de leur propres œuvres1.

Alors si les auteurs eux-mêmes se donnent cette liberté, n’ayez pas de scrupules et laissez-vous guider par votre inspiration du moment !

Certes, sans un peu de « vocabulaire » pour la nourrir, votre inspiration va vite manquer de… souffle ! D’où l’objectif de cet article : lui donner de la « matière »…

Trois stratégies pour trouver les bonnes rythmiques

1. Méthode « à l’instinct » !

Comme nous l’avons déjà vu, si vous ne connaissez pas le rythme ou si vous trouvez le rythme de l’enregistrement original trop difficile, vous pouvez vous contenter de plaquer les accords sur les temps forts uniquement, en aller (avec le pouce ou le médiator vers le bas).

C’est bien pratique quand on est pressé : dès que vous avez mémorisé les accords, vous pouvez ainsi commencer à vous amuser et à faire chanter vos amis !

Ou bien vous adoptez « à l’instinct » une rythmique plus aboutie (tout en restant plus simple que l’original), qui « colle » au mieux avec la chanson.

Pour bien la « capter « , vous pouvez étouffer les cordes de la guitare avec la main gauche (en posant les doigts dessus sans appuyer) et vous les grattez en écoutant la musique.

Normalement, vous n’allez pas tarder à trouver un battement qui vous conviendra et qui sera bien « calé » sur la musique.

Si vous ne connaissez pas la signature rythmique, essayez en considérant que vous êtes en 4/4 (lisez l’article La signature temps ou division temporelle si vous ne comprenez pas ces chiffres). Et si vous constatez que votre accompagnement se décale par rapport à l’enregistrement, essayez en 3/4. Dans 90% des cas, ça fonctionnera !

Mais vous pouvez aussi vous passer complètement de ces considérations théoriques (au moins pour commencer) et il y a des chances que vous trouviez quand même une bonne rythmique, en tâtonnant jusqu’à ce qu’elle « épouse » parfaitement la chanson.

Car le rythme, nous l’avons tous « dans la peau » : il suffit de regarder des bébés se dandiner sur une chanson entraînante. Alors osez et lâchez-vous !

2. Méthode « j’élargis ma rythmothèque »

Elle n’est pas incompatible avec la précédente : plus vous aurez testé de rythmiques, plus elles seront reprises par vos « éclairs instinctifs » !

Vous devez avoir le réflexe suivant : dès que vous découvrez une nouvelle rythmique, apprenez-la jusqu’à ce qu’elle devienne automatique !

Et testez-la sur des grilles d’accords que vous connaissez.

Cela aura au moins quatre avantages :

  • vous élargirez votre « rythmothèque » (et vous trouverez donc de plus en plus vite une bonne rythmique pour une nouvelle chanson – cf le point n°3 ci-dessous),
  • vous affinerez votre oreille et vous serez de plus en plus capable de déchiffrer une rythmique en l’écoutant
  • vous affinerez votre capacité à identifier une rythmique appropriée pour une chanson donnée
  • vous perfectionnerez votre jeu à la main droite, celle qui donne la « pulsation » à votre interprétation

Vous l’avez compris : en ce domaine, plus que la théorie, c’est l’expérience qui prime. Donc, expérimentez sans relâche. Allez-y à fond, devenez « boulimique de la rythmique » !

3. Méthode « je compte les temps »

Là encore, cette approche complète utilement les deux précédentes. Vous n’y échapperez donc pas !

Ce n’est d’ailleurs pas très compliqué.

Imaginez une boite carrée qui doit toujours être pleine et qui ne peut contenir que quatre cubes au maximum. Cette boite, c’est la mesure. Et les cubes, ce sont les temps.

Une boite à 4 cubes, c’est une mesure à 4/4. Une boite à 3 cubes, c’est une mesure à 3/4.

Dès qu’on a rempli une boite, on en place une autre à droite, on la remplit à nouveau, et ainsi de suite…

Une partition, c’est une succession de ces « boites temporelles » que sont les mesures.

« Compter les temps » est donc bien utile pour savoir de quel type de boite on dispose : à 3 temps (3/4) ? À 4 temps (4/4) ?

Autrement dit :
« Cet accord, je le joue pendant combien de temps (de « cubes ») ? »

Un accord pourra par exemple occuper…

Une mesure complète

Dans cet exemple, l’accord est joué de trois façons différentes, mais il occupe la mesure complète à chaque fois.

3 méthodes pour trouver des rythmiques de chanson

  • Dans la première mesure, il est joué une fois mais avec la durée d’une ronde, qui vaut 4 temps (4 noires).
  • Dans la seconde mesure, il est joué 2 fois avec la durée d’une blanche, qui vaut 2 temps (2 noires).
  • Et dans la troisième mesure, il est joué 4 fois avec la durée d’une noire.

Lisez l’article Durée des Notes et des Silences si vous avez besoin de préciser ces notions.

Plus d’une mesure

Par exemple une mesure 1/2 , 2 mesures…

Moins d’une mesure

Par exemple quand il y a deux accords par mesure.
Le plus souvent, vous aurez des mesures à 4/4. Parfois à 3/4. Il y a aussi d’autres types de mesures temporelles que nous n’approfondirons pas ici ; pour aller plus loin sur ce sujet, lisez le cours Le rythme facile.

Donc, vous l’avez compris, il est essentiel de savoir, pour chaque accord, combien il va occuper :

  • de mesures (une ou plusieurs)
  • de temps pour chaque mesure (la moitié de la mesure, la mesure complète…)

Quand vous aurez une idée claire de ces deux paramètres, vous pourrez jouer une rythmique bien calée sur la chanson.

Il y aura deux cas de figure :

  • soit l’information vous est donnée dans la tablature,
  • soit elle n’y figure pas.

Quand l’information vous est donnée, c’est sous la forme « X/Y »

Signature temporelle

Pour faire simple, occupez-vous seulement du chiffre du dessus, le « X » : c’est lui qui indique combien de « cubes » contient la boite.

Le chiffre du dessous (« Y ») indique la taille du cube : s’il est égal, plus petit ou plus grand qu’une noire (la durée de référence, qui vaut 1 temps).

Par exemple :

  • quand Y = 4, les cubes sont des noires (exemple : 3/4 signifie 3 noires par mesure)
  • quand Y = 8, les cubes sont des croches (exemple : 6/8 signifie 6 croches par mesure)

Mais ne vous tracassez pas avec ça, au moins dans un premier temps.

Apprenez simplement à caser le nombre de temps qu’il faut dans une mesure. Qu’ils soient grands ou petits (selon la valeur de Y), ce n’est pas fondamental.

Autrement dit, apprenez à jouer un accord le nombre de temps indiqué (la valeur correspondant à « X »).

C’est relativement facile quand les accords occupent une mesure complète, ce qui est assez souvent le cas.

Ensuite, ça dépendra du type de battement que vous ferez : en 4/4, par exemple, si vous jouez « à la noire », vous pourrez aller jusqu’à 4 battements par mesure alors que si vous jouez « à la croche », vous pourrez caser (en aller-retour) 8 battements par mesure (à tempo égal, ces battements seront donc 2 fois plus courts).

Bref, c’est finalement plus compliqué à expliquer qu’à jouer. Vous pourrez le vérifier dans les exemples qui vont suivre…

Quand l’information NE vous est PAS donnée, il va falloir aiguiser votre oreille !

Vous allez devoir écouter le morceau et apprendre à :

  • entendre les changements d’accords,
  • compter le nombre de temps entre chaque changement (ou, en le disant autrement : compter le nombre de temps qu’est joué chaque accord)

Peu importe si vous ne savez pas encore identifier la durée de ces temps (noire, croches…). L’important, c’est de vous repérer.

C’est un très bon exercice car on ne peut pas espérer être un bon musicien sans savoir faire cela.

Comme il n’y aura pas de métronome, fiez-vous à la batterie pour vous repérer.

Une fois que vous connaissez le nombre de temps occupé par chaque accord, il ne vous reste plus qu’à inventer (ou retrouver dans votre « rythmothèque ») une rythmique qui durera le nombre de temps approprié.

Petit exercice (les réponses sont en bas de page) :

  1. Dans une mesure à 4/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la mesure entière ?
  2. Dans une mesure à 3/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la mesure entière ?
  3. Dans une mesure à 4/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la moitié de la mesure ?
  4. Dans une mesure à 4/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la mesure entière et la moitié de la suivante ?

Facile, non ?

Une fois que vous avez cette information, essayez d’inventer une rythmique de la durée voulue, ou puisez dans celles que vous connaissez déjà (et qui ont la bonne durée).
A vous de voir (ou plutôt d’entendre !) si vous conservez la même rythmique pour l’accord suivant, ou si vous faites des variations pour rendre votre accompagnement plus en adéquation avec ce que vous ressentez (cela dépendra des morceaux).

Pour résumer…

  • trouvez combien de temps (sur une ou éventuellement plusieurs mesures) vous devez consacrer à chaque accord
  • essayez des rythmiques correspondant à ce nombre de temps

Si les rythmiques choisies ne collent pas au morceau, vérifiez si vous ne vous êtes pas trompé de durée.

En complément de cet article, vous pouvez également lire : 10 rythmiques à maîtriser pour jouer de la guitare acoustique.

Réponse aux questions de l’article…

  1. Dans une mesure à 4/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la mesure entière ? Réponse : 4 temps.
  2. Dans une mesure à 3/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la mesure entière ? Réponse : 3 temps.
  3. Dans une mesure à 4/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la moitié de la mesure ? Réponse : 2 temps. Dans ce cas, vous devrez jouer seulement la moitié de la rythmique pour cet accord. L’autre moitié sera jouée sur l’accord suivant. En pratique, si vous jouez une rythmique prévue pour 4 temps, cela ne change rien qu’il y ait changement d’accord ou pas : vous tenez votre rythmique de la même façon dans les deux cas. La difficulté, quand on débute, c’est de ne pas « casser » le rythme à cause du changement d’accord. D’où la nécessité de vous entraîner à tempo très lent (voire pas à pas) à passer d’un accord à l’autre de façon fluide. Notez que vous pouvez aussi utiliser une rythmique plus courte (prévue pour 2 temps seulement et en jouer une autre, de 2 temps elle aussi, pour l’accord suivant). Bref, soyez créatifs et faites-vous plaisir !
  4. Dans une mesure à 4/4, combien de temps devra durer votre rythmique pour un accord joué sur la mesure entière et la moitié de la suivante ? Réponse : 4 + 2 = 6 temps. Cf la réponse précédente.
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 

Nous contacter

Envoyez-nous un mail pour toutes vos questions d'ordre musical, administratif ou commercial. Nous répondons assez vite en général !

En cours d’envoi
Guitare-et-couleurs.com (depuis janvier 2003). « La guitare facile grâce aux couleurs ! » Publications numériques (ebooks, vidéos, mp3, guitarpro...) pour guitaristes de tous niveaux. Grâce aux couleurs, ce qui semblait compliqué devient facile et limpide. Aborder la théorie n’est plus une épreuve mais un plaisir ! Et quand on maîtrise la théorie, alors la pratique se libère…

Pin It on Pinterest

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account